LA AKAA – Also Know As Africa : 1ère foire d'art contemporain africain à Paris

Rendez-vous artistique au Carreau du Temple

Jeudi 11 novembre 2016, Victoria Mann ouvre le bal de la AKAA - ALSO KNOWN AS AFRICA au Carreau du temple. Premier salon d'art contemporain sur le thème de l'Afrique à Paris, la AKAA est une fenêtre unique sur la création artistique et les aspirations des générations en devenir. Donnant voix aux acteurs culturels africains et étrangers, la AKAA souhaite proposer tant un regard sur l'Afrique qu'un regard de l'Afrique sur le monde et créer des ponts entre les artistes, les galeristes, les collectionneurs et tous les amateurs d'art.

Les MAKERS de la scène culturelle africaine

30 galeries, réunissant 130 artistes, ont pris les voiles pour Paris depuis leur ville d'origine d'Alger à Johannesburg en passant par Londres. A l'origine de cette pépinière créative, le comité de sélection de la AKAA regroupe les 'makers' de la scène culturelle africaine à l'instar de Simon Njami, écrivain et commissaire de DAK'ART 2016 ou du nigérian Azu Nwagbogu, curateur et directeur du Lagos Photo Festival qui voit la AKAA comme une initiative incontournable : "de même que la critique et les débats artistiques sur l’Afrique, l’accès au marché international est crucial dans le développement et la pérennisation de l’art africain", peut-on lire sur le site de l’événement. 

Parmi les artistes, le burkinabais Siaka Soppo Traoré, Lauréat du Prix Orange de l’Artiste Numérique AKAA, l'artiste Fatihya Tahiri qui a précédemment exposé au Musée d'Art de Shangaï, la jeune photographe Nobukho Nqaba qui met en scène des personnes dans un décor total look "Umaskhenkethe", ces fameux sac en plastique écossais made in china et fidèle compagnon de voyage, le sculpteur-designer Togolais Kossi Aguessi sans oublier Rachid Koraïchi qui ouvre la AKAA avec "Les Maîtres de l'invisible". Flottant dans le hall du salon, cette création composée de 99 bannières en coton brodées, en écho aux 99 noms d'Allah, est un hommage sur la vie et l'héritage laissés par 14 grands mystiques de l'Islam.

Que vous soyez à Paris, Dakar ou Abidjian..., je vous invite à retrouver l'ambiance de la AKAA et une sélection d'artistes à ne pas manquer ! Découvrez la vidéo de la AKAA : 

 video akaa

Création, humanité et diversité

La première édition de la AKAA organise en parallèle du salon des débats et des tables rondes. Artistes, journalistes, commissaires d'exposition s'intéresseront à la création et à l'Afrique de demain avec notamment les interventions de Karen Milbourne, conservatrice du National Musuem of African Art, Smithsonian Institute et de l'artiste El Anatsui, lauréat du Lion d'or de la Biennale de Venise pour l'ensemble de son œuvre en 2015.

Création, humanité et diversité, trois mots rythment cette rencontre qui n'aurait vu le jour sans le dynamisme de sa fondatrice, Victoria Mann. Initialement prévue en novembre 2015 lors des attentats de Paris puis ceux de Bamako, la AKAA annule alors l’événement mais ne dit pas son dernier mot. Sa présence un an plus tard est bien la preuve d'une soif débordante de partage, d'un aller-en-avant pour défendre les valeurs de la Liberté de la Rencontre.

Pari réussi !

AKAA
Carreau du temple
11-13 novembre 2016.