Découvrez ici une œuvre datée de 1971 de Mohamed Hamidi, artiste marocain vs le décollage de la fusée Soyuz lors de la supermoon. Mohamed Hamidi figure parmi les pionniers de l'art contemporain Marocain. En 1969, Mohamed Hamidi prendra part à un manifeste artistique collectif unique en son genre. 

hamidi soyouz iss maroc 2

Mohamed Hamidi figure parmi les pionniers de l'art contemporain Marocain. En 1969, Mohamed Hamidi prendra part à un manifeste artistique collectif unique en son genre. Farid Belkahia, artiste et directeur de l’école des Beaux-Arts de Casablanca, qui connaît alors son âge d'or, organise une exposition ex-situ au cœur de la célèbre place Jamaa El-Fna de Marrakech. Pour la première fois au Maroc les artistes tels que Chebâa, Melehi, Aatallah ou Hamidi investissent les rues. Les toiles et les châssis s’intègrent au paysage ocre sous le regard étonné et intéressé d'individus qui n'ont, pour la plupart, jamais côtoyé d’œuvres d'art.

A cette même époque, la revue "Souffles" (1966-1973) devient la tribune des intellectuels, des artistes, des chercheurs. Aujourd'hui encore, "Souffles" apparaît comme la référence incontournable pour celui ou celle qui souhaite en savoir plus sur ce mouvement intellectuel maghrébin fondateur. « Les poètes qui ont signé les textes de ce numéro-manifeste de la Revue Souffles sont unanimement conscients qu'une telle publication est un acte de prise de position de leur part », rapporte le poète Abdelatif Laâbi dans l'éditorial de son premier numéro.

Au cœur de cette effervescence, Mohamed Hamidi puise une partie de son inspiration. Bercé entre tradition et modernité, l'artiste s'intéresse aux matières brutes à l'instar du cuir, aux signes et aux symboles africains et berbères tout en apportant un nouveau regard, venu d'occident. Parmi les inspirations celles de Serge Poliakoff. Les formes de Hamidi investissent la toile. Les couleurs aussi.

Il suffit d'ailleurs de poser son regard sur cette huile sur panneau, datant de 1971 pour comprendre que Mohamed Hamidi est un funambule des formes et des couleurs. Lorsque j'ai vu la photographie de la fusée Soyuz dans l'axe de la supermoon, la composition, les couleurs m'ont immédiatement évoqué l'oeuvre d'Hamidi.

Pour rappel : le jeudi 17 novembre 2016, le français Thomas Pesquet, l'américaine Peggy Whitson et le Russe Oleg Novitsky s'apprêtent à quitter la terre ferme pour rejoindre l'ISS (la station spatiale internationale) pour un voyage de 6 mois intitulé Mission Proxima.

La mission Proxima a pour objectif la réalisation de 62 expériences coordonnées par l'ESA et le CNES qui visent à une série d'études sur le corps humain, la physique et la biologie. Les trois astronautes auront également pour mission de tester de nouvelles technologies.

Tout cela vous semble bien loin de l'art ? Pour moi il n'y a qu'un pas. 

Retrouvez l'interview de Mohamed Hamidi